Joëlle Kem Lika

 
<

Joëlle Kem Lika
 

A propos de mon nom

Mon nom suscite moult questions…. Et surprises en général, on me croit asiatique… ou autre… aucun souci pour moi.

C’est mon nom d’artiste, un mélange de pseudonyme : Kem et autre…

Je suis française... ma mère était d’origine Normande, famille de Saint Vaast La Hougue... et mon père d’origine Lorraine, mon nom de jeune fille : Sourd.
Mon arrière grand père paternel a fait partie de ces français obligés de choisir entre devenir allemands ou partir dans les colonies françaises, en Afrique du Nord.
Il a choisi l’aventure, et tout vendu...  Mon grand père aurait trouvé une source à la Manouba, à côté de Tunis, en faisant sauter une petite bombe dans le sable, et créé une grande propriété. Cette histoire, racontée très souvent par mon père lorsque j’étais enfant, m’a donnée cette pulsion :
de ne jamais me laisser abattre par les événements, 
de reconstruire ou construire sans cesse,
dans le désert humain, parfois…
Mon grand père maternel était commissaire de police à Carthage.
Mes deux parents sont nés en Tunisie, moi aussi d’ailleurs.
Un pays cher à mon cœur, j’y suis retournée quelques fois, et toujours une émotion très forte.
J’aime la couleur de la terre, les odeurs… la beauté de la Nature,…
j’ai été choyée surtout par une tunisienne, pleine d’amour, pendant mes 5 années d’enfance et de vie en Tunisie.

En 1960, retour en France pour toute notre petite famille, encore l’Histoire, l’Indépendance, la politique. Mes parents choisissent l’Aquitaine, j’ai fait toutes mes études à Libourne à côté de Saint Emilion, et une villa à Lacanau Océan m’a permis de vivre des moments sublimes entre la forêt et l’océan, les couchers de soleil, les vagues, la beauté de la Nature.

 
KEM : un pseudonyme que j’ai composé à l’aide de la numérologie,
j’ai fait plusieurs années de recherche en Bouddhisme à cette époque et j’ai trouvé ma voie spirituelle à ce moment-là. Née dans une famille catholique, j’ai cherché une voie plus spirituelle que religieuse.

Je voulais un nom qui parle de ma liberté de femme,
à l’époque j’avais 25 ans, très libertaire, rebelle même,
je ne voulais pas porter le nom de mon père ni celui d’un mari… "rester libre" était mon chemin. Une recherche de toute ma vie…
J’ai eu 20 ans quelques années après 68, (mes sœurs aînées ont bougé les choses), et avant le Sida ; des années de pur bonheur, étudiante à Paris, une liberté de pensée, d’action, une vraie joie de vivre.
Après avoir enregistré mon nom au Tribunal d’Instance de Paris, je me suis aperçue que Kem était aussi l’anagramme de Mek… (humour)
être une femme était l’inverse d’être un homme ?
Un bon début de recherche, pour une féminité heureuse… (humour )??

Dans ma tête : c’est mon nom de citoyenne de la planète,
je suis française certes, mais aussi un être humain sur
une planète qui demande qu’on la respecte, je suis du Monde… d’ici ou d‘ailleurs, et l’Histoire m’a prouvé que nous pouvons être ballotés par des gouvernements, des guerres….
Je me suis toujours sentie sans racines véritables, à part celle du cœur.
Parisienne pendant 30 ans, et puis une maison en Bourgogne depuis 22 ans… d’ici et d’ailleurs…

En ce moment je voyage beaucoup,
et je me sens aussi à l’aise à Miami en Floride qu’à Paris…
à Vienne, à Rome, j’adore les italiens, San Gimigniano…
New York, et Londres, j’aime aller à Londres et vivre parmi les Anglais, un rythme différent des parisiens…

 
LIKA : le nom de mon mari, (j’ai craqué…), je me suis mariée à 43 ans avec, comme demoiselle d’honneur notre fille de 5 ans.

Alors du côté de mon mari : l’Histoire frappe encore… son grand-père était Polonais, attiré par l'ouest... il est resté dans la région de Nancy ;
le père de mon mari est descendu de Nancy vers le Sud Ouest, petit à petit pendant la guerre de 39-45, avec un bataillon de polonais, il a rencontré une jeune fille du Gers, dont le nom est magnifique : Pellefigues,
Il a épousé la nationalité française et la jeune fille et s’est installé à Nérac (Lot-et-Garonne).
On me dit souvent que ce nom est très court pour un nom polonais : oui, nous avons entendu parler d’une origine noble mais une partie du nom aurait été vendue…
Aucune preuve de cela… et pas le temps de faire des recherches… donc c’est un nom polonais… court.

 
J’ai gardé "Kem" car je trouve mon nom complet étrange… et cela m’amuse. Cela interpelle…

C’est peut-être dangereux par les temps qui courent…

Mais je lui trouve une consonance chantante…

           
>

©Copyright : Tous textes et images protégés par le droit d'auteur